• Thanks for stopping by. Logging in to a registered account will remove all generic ads. Please reach out with any questions or concerns.

L'armée enquêtera sur les allégations de Stéphanie Raymond - PC

Yrys

Army.ca Veteran
Reaction score
0
Points
410
L'armée enquêtera sur les allégations de Stéphanie Raymond

Le grand patron des Forces armées canadiennes a ordonné mercredi la tenue d'une commission
d'enquête sur le traitement d'une ancienne militaire qui avait déposé une plainte d'agression
sexuelle à l'endroit d'un de ses anciens supérieurs.

Mme Raymond avait déposé une plainte contre son supérieur hiérarchique, l'adjudant André
Gagnon. Elle l'avait accusé de l'avoir agressée sexuellement le 15 décembre 2011 au manège
militaire de Lévis où elle s'était rendue, seule avec lui, après une fête bien arrosée entre
collègues soldats au centre-ville. Mais en août, à la suite d'un procès fortement médiatisé,
l'homme avait été acquitté par une cour martiale générale, à Québec.

En novembre, le Service canadien des poursuites militaires a annoncé qu'il interjetait appel
du verdict. En décembre, la plaignante avait finalement obtenu gain de cause lorsque le chef
d'état-major de la Défense, Tom Lawson, a reconnu les torts causés par ses supérieurs et lui
avait accordé réparation. Le général Lawson avait alors annoncé que Mme Raymond serait
réintégrée au sein de l'armée en étant promue rétroactivement au rang de caporal-chef et
qu'elle obtiendrait une médaille et un certificat.

Le Chef d'état-major de la défense, le général Tom Lawson a demandé à l'armée d'étudier
le cas de Stéphanie Raymond, au lendemain de sa promotion au rang de caporal-chef. Le
général Marquis Hainse a annoncé dans un communiqué que les enquêteurs tenteraient de
comprendre comment Mme Raymond avait été traitée par l'armée, au moment où elle a
déposé sa plainte, jusqu'à son congédiement, en 2013. Une enquête a été déclenchée à la
suite «d'irrégularités dans les procédures administratives», a indiqué le général, sans
fournir plus de détails.

Les commissions d'enquête de l'armée ne sont pas de nature criminelle, elles ne font
qu'évaluer les pratiques de l'armée. Ses recommandations ne sont pas contraignantes.

L'histoire de Stéphanie Raymond avait fait couler beaucoup d'encre l'année passée, alors
qu'elle avait confié les sévices qu'elle aurait subis dans les magazines L'Actualité et
Maclean's. L'ancienne militaire réserviste avait soutenu qu'elle avait subi des représailles
des Forces armées après avoir déposé sa plainte.

En réaction à ces allégations, le général Lawson avait commandé une enquête indépendante
à une ancienne juge de la Cour suprême du Canada, qui est toujours en train de travailler
sur son rapport.

«Tous les membres de notre famille militaire doivent se sentir en sécurité, appuyés et libres
de soulever certaines questions auprès de la direction sans crainte de représailles (...) La
compréhension mutuelle, le respect et la confiance sont des éléments importants dans la
philosophie de l'armée», a déclaré le général Hainse, dans le communiqué.


Commander Canadian Army presents Master Corporal (Retired) Stéphanie Raymond
with new rank







 

The Bread Guy

Moderator
Staff member
Directing Staff
Subscriber
Donor
Reaction score
2,367
Points
1,260
"Déclaration du chef d’état-major de la Défense au sujet de la caporal-chef à la retraite Stéphanie Raymond"
Le 30 mai 2017 – Ottawa – Défense nationale / Forces armées canadiennes

Le général Jonathan H. Vance, Chef d’état-major de la Défense, a émis la déclaration suivante :

« Le 9 mai 2017, j’ai reçu le rapport de la commission d’enquête portant sur la caporal‑chef (à la retraite) Stéphanie Raymond. En janvier 2015, le commandant de l’Armée canadienne a convoqué la commission d’enquête pour investiguer sur des irrégularités cernées par mon prédécesseur relativement au règlement des griefs de cette dernière.

« Aujourd’hui, la colonel Josée Robidoux, commandant du 35e Groupe-brigade du Canada, a renseigné la caporal-chef (à la retraite) Raymond sur le rapport et les problèmes connexes cernés, notamment :

    l’incapacité de l’institution à saisir les profondes répercussions de l’incident du 15 décembre 2011 sur le caporal-chef (à la retraite) Raymond;
    le défaut d’appliquer les principes fondamentaux de leadership au moment de traiter la plainte de harcèlement déposée par la caporal-chef (à la retraite) Raymond, entre autres, le manque de communication avec cette dernière tout au long du processus et l’absence de suivi pour veiller à son bien-être;
    les recommandations de la commission d’enquête;
    un aperçu du plan d’action des Forces armées canadiennes en vue de l’adoption des recommandations présentées dans le rapport.

« Bon nombre de recommandations formulées dans le rapport ont déjà été mises en œuvre dans le cadre de l’opération HONOUR, à savoir notre engagement visant à mettre fin aux comportements sexuels dommageables et inappropriés dans les Forces armées canadiennes. Dans un plan d’action exhaustif fondé sur les recommandations de la commission d’enquête, j’ai ordonné au vice-chef d’état-major de la défense, au commandant de l’Armée canadienne et au commandant du Commandement du personnel militaire de donner suite aux recommandations dans les plus brefs délais.

« Les comportements sexuels dommageables et inappropriés sont inacceptables et ils minent notre efficacité opérationnelle. Je ne ménagerai aucun effort pour changer notre culture, de sorte que nos militaires puissent travailler dans un milieu qui épouse les valeurs que nous prônons en tant que membres de la profession des armes.

« Je tiens à remercier la caporal-chef (à la retraite) Raymond d’avoir fait preuve de courage et de ténacité au moment de mettre en lumière une série d’erreurs commises par sa chaîne de commandement qui étaient révélatrices de problèmes systémiques d’envergure. Grâce aux préoccupations qu’elle a soulevées, nous comprenons davantage l’incidence désastreuse que les comportements sexuels dommageables et inappropriés ont sur nos effectifs. C’est pourquoi nous prenons des mesures décisives pour éviter qu’une telle situation se reproduise. Son cas, l’une des raisons d’être de l’opération HONOUR, m’incite à me dévouer à la cause. »

- 30 -​
Plan d'action / résumé joint ...
 

Attachments

  • Sommaire _ Plan d’action des Forces armées canadiennes afin de mettre en œuvre les recommandat...pdf
    25.1 KB · Views: 99
Top