• Thanks for stopping by. Logging in to a registered account will remove all generic ads. Please reach out with any questions or concerns.

Comptes Twitter et YouTube du Commandement central américain piratés

Yrys

Army.ca Veteran
Reaction score
0
Points
410
Les comptes Twitter et YouTube du Commandement central américain piratés
Radio-Canada avec Agence France-Presse et Reuters

Les comptes Twitter et YouTube du Commandement central américain (CentCom)
ont été piratés lundi par des personnes affirmant être des sympathisants du groupe
armé État islamique (EI). Tous deux ont été rapidement suspendus.

Le CentCom a confirmé le piratage de son compte Twitter. Le Pentagone dit de son
côté qu'il prend les mesures pour rectifier la situation.

« Au nom de Dieu, le très bienveillant, le très miséricordieux, le CyberCalifat continue
son cyberdjihad », a-t-on pu lire sur le compte Twitter du CentCom. « L'EI est déjà là,
nous sommes dans vos PC, dans chaque base militaire américaine », affirmait un autre
message.

Sont également publiées une liste de généraux de l'armée américaine avec leurs adresses
et des informations sur des plans militaires concernant la Chine et la Corée du Nord. La
véracité de ces informations n'a pas été divulguée.

Un responsable du Pentagone a cependant affirmé à Reuters que les images publiées sur
le compte Twitter de Centcom ne semblent pas constituer une menace à la sécurité des
intérêts américains ni inclure d'informations classées secrètes.

Le porte-parole de la Maison-Blanche, Josh Earnest, affirme pour sa part que le président
Obama prend cette attaque au sérieux. Une enquête est en cours, a-t-il dit, en soulignant
qu'il y a une grande différence entre le piratage d'un compte Twitter et celui d'une banque
de données.

Le CentCom est l'un des neuf commandements unifiés de l'armée américaine. Il est responsable
des opérations militaires menées par les Américains au Moyen-Orient, et donc des frappes faites
contre l'État islamique en Irak. 



Article de la BBC : US Centcom Twitter account hacked by pro-IS group,
suivi d'une analyse de Jonathan Marcus, BBC defence correspondent




 
Top